La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : Le petit fugitif de Morris Engel, Ruth Orkin et Ray Ashley

Le petit fugitif de Morris Engel, Ruth Orkin et Ray Ashley

Film américain - Genre : Comédie dramatique - Titre original : Little Fugitive
Année de production : 1953 - Date de reprise : 11 Février 2009
Durée : 1h 20min.
Remake : Little fugitive (2006)

Écrit et réalisé par Morris Engel, Ruth Orkin, Ray Ashley (Raymond Abrashkin)

Interprètes :
Joey Norton : Richie Andrusco
Lennie Norton : Richard Brewster
La mère : Winifred Cushing
Jay : Jay Williams
Le photographe : Will Lee
Harry : Charlie Moss
Charley : Tommy DeCanio

Directeur de la photographie : Morris Engel
Compositeur : Eddy Lawrence Manson
Monteuse : Ruth Orkin et Lester Troob
Ingénieur du son : Lester Troob
Superviseur musical : Lester Troob

Attachées de presse : Julie Dejode et Elise Borgobello

Producteurs : Morris Engel et Ray Ashley (Raymond Abrashkin)
Production : Little Fugitive Production Company, U.S.A.
Distribué par Carlotta Films

Le petit fugitif
Ce film, qui sort le 11 février, était oublié même des cinéphiles les plus savants. François Truffaut disait pourtant que la Nouvelle Vague n’aurait pas existé sans lui. Il est le pari de trois photographes new-yorkais, Morris Engel, Ruth Orkin et Ray Ashley: réaliser un film totalement indépendant, sans moyens importants, à l’aide d’une caméra bricolée qui permettait de tourner discrètement. Des intentions inouïes dans l’Amérique de 1953, qui rappelaient les débuts récents du néo-réalisme italien. C’est l’errance d’un petit garçon de sept ans dans le parc d’attraction de Coney Island à la suite d’une très mauvaise plaisanterie de son frère aîné. Vraiment un film de photographes, un regard extraordinairement aigu sur la foule des estivants de Brooklyn. On se baigne, on mange de la barbe à papa, on frémit avec l’incroyable “Saut en Parachute” qui existe toujours aujourd’hui à Coney Island. On n’a jamais aussi bien vu au cinéma la foule new-yorkaise de ces années-là. Le point de vue sur l’enfance est juste, la caméra au niveau même des yeux du protagoniste sur ce monde adulte auquel il s’adapte très bien, comme on survit dans un monde inconnu et trop grand pour soi. Les trois cinéastes débutants obtinrent un succès inattendu: nomination aux Oscars, Lion d’Argent à Venise, couverture des jeunes Cahiers du Cinéma (numéro 31!). Puis “Le petit fugitif” tomba dans l’oubli. Le film est illuminé par la présence de Richie Andrusco, dont ce fut le seul rôle au cinéma. On le regarde avec surprise et admiration, même si l’esprit de la photographie déteint un peu sur celui du cinéma, avec des cadres parfois trop jolis pour être honnêtes. On n’en demeure pas moins stupéfait de la résurrection d’un tel bijou, cinquante-six ans après son aventureuse création. Sa sortie correspond à la réalisation d’un DVD par le CNDP sous la direction d’Alain Bergala.
Ajoutons que Pierre Gabaston, professeur des écoles, grand amoureux du cinéma et écrivain à l’art raffiné, vient de publier chez Actes Sud Junior un “Rebelles sur Grand Écran”, à la fois ludique et érudit, où il évoque Godard et Brisseau, Nicholas Ray et Arthur Penn. Les adultes peuvent profiter sans scrupules de ce livre en principe destiné aux adolescents.

René MARX (publié dans Fenêtres sur Cours)

Bande annonce :


Le Petit fugitif - BA - Vost FR
envoyé par _Caprice_
 

Accueil | Copyright | Contact | ©2009 René Marx