La vie des films - Actualité du cinéma

La vie des films : L'AVENIR de Mia Hansen-Løve

L'AVENIR de Mia Hansen-Løve

 

Date de sortie 6 avril 2016 (1h 40min)
Scénario et réalisation : Mia Hansen-Løve
Avec Isabelle Huppert, André Marcon, Roman Kolinka
Genre Drame
Nationalités Français, Allemand

Interprètes :
Isabelle Huppert : Nathalie
André Marion : Heinz
Roman Kolinka : Fabien
Edith Scob : Yvette
Sarah Le Picard : Chloé
Solar Forte : Johann
Elise Lhomeau : Elsa
Lionel Dray : Hugo
...

Directeur de la photographie Denis Lenoir
Chef monteur Marion Monnier
Chef décoratrice Anna Falguères
Directeur de production Sacha Guillaume
1er assistant réalisateur Marie Doller
Chef costumier Rachèle Raoult
Costumière Rachèle Raoult
Scripte Clémentine Schaeffer
Ingénieur du son Vincent Vatoux
Mixage Olivier Goinard
Effets spéciaux Clara Vincienne
Administrateur de Production Séverine Barré
Régisseur général Sacha Guillaume
Régisseur Julien Flick
Chef maquilleur Thi Loan Nguyen

Production CG Cinéma
Coproduction Arte France Cinéma
Coproduction Rhône-Alpes Cinéma
Coproduction Detailfilm
Exportation/Distribution internationale Les Films du Losange
Distributeur France (Sortie en salle) Les Films du Losange

L'Avenir

Le cinquième film de Mia Hansen-Løve, cinéaste de trente-cinq ans, est le portrait d'une femme de soixante ans. Entre sa propre mère, ses enfants adultes, son mari, ses élèves, que doit-elle faire de sa vie ?

Un couple d'intellectuels parisiens, tous les deux professeurs de philosophie, monsieur plutôt impératif catégorique et madame plutôt droit naturel : le récit est inspiré par les parents de la cinéaste. C'est sans importance, le spectateur n'en saura rien. Car si l'autobiographie alimente la force du récit, c'est le style qui compte, et rend L'avenir admirable.

Mia Hansen-Løve montre l'ambiguïté du réel, sans simplifier et en évitant le sensationnel. On demeure dans un quotidien un peu gris. C'est parce que rien n'est exagéré dans le style que le pathétique transparaît. On s'étonnerait presque d'être ému par un destin si ordinaire. L'inachèvement, des regrets, des aventures à peine esquissées, des interrogations politiques, morales, mais aussi l'amour, l'énergie, un portrait de chat, un instant sur la tombe de Chateaubriand à Saint-Malo, un cours de philo aux Buttes-Chaumont, une attente imprévue dans la petite gare de Clelles : la cinéaste ne garde que l'essentiel.

Elle a déclaré : "Les films sont pour moi des portraits en mouvement et il n'y a que le cinéma qui puisse réaliser ça." Dans cette phrase, elle oublie le roman, capable du même exploit. Mais en l'oubliant, elle montre bien combien elle se sent liée à l'art qu'elle a choisi. Le jury du récent festival de Berlin lui a attribué son Ours d'Argent. Le travail extraordinaire d'Isabelle Huppert, incarnant une fragilité inaccoutumée, n'est pas la surprise principale. On finirait presque par trouver normale l'existence d'une telle actrice sur nos écrans. Ce à quoi on ne doit pas s'habituer, c'est que le cinéma continue à permettre d'atteindre une telle finesse.

René Marx


Accueil | Copyright | Contact | ©2015 René MARX